Les sources d’inspiration

A l’image de son parcours plein de rebondissements, les sources d’inspiration d’Anne sont multiples et nourrissent son imagination. Elle aura à cœur de les partager dans ses publications et stories avec ses abonnés Facebook et Instagram.

« Une idée de forme, de volume, d’effet de matière, de nom de collection, peut surgir au détour d’un souvenir ou de l’expérience éveillée du quotidien. Mon univers a pour influences :

  • Mon enfance à Saint-Malo : grandir au bord de la splendide côte d’Emeraude, c’est respirer les embruns iodés, s’emplir les yeux de couleurs et lumières de toute beauté, glisser ses mains dans le sable, plonger dans l’eau glacée et escalader les rochers…
  • Mes voyages : m’ouvrir l’esprit, découvrir les cultures et paysages d’autres contrées, changer de dimensions…
  • L’observation du monde animal et végétal, le ressourcement que procurent les interactions avec la Nature…
  • Le monde des Arts : danse, arts vivants, architecture, histoire de la mode et du bijou, artisanat d’art, photographie, cinéma, littérature et poésie… »

« Une citation d’Arthur Lochmann dans laquelle je me reconnais »

« La toute première chose que j’ai donc dû apprendre, ou réapprendre, c’est à sentir avec mes mains. Et dans cette rencontre avec la matière, la main n’est presque jamais seule : la plupart du temps, les outils l’accompagnent. A mesure qu’on les utilise, qu’on apprend à les manier intuitivement, ils s’effacent de notre champ d’attention et l’on commence à sentir à travers eux. Quand on a passé des années à mouliner des concepts abstraits dans les bibliothèques universitaires, c’est une merveilleuse extension du monde qui s’opère avec un tel développement du toucher. »

Une vie solide. La charpente comme éthique du faire  Arthur Lochmann. 2019. Editions Payot.

Ce qui me fait vibrer à l’atelier

« Si j’ai choisi la bijouterie, c’est parce que je suis animée par un besoin concret de créer de mes mains, de transformer la matière, de connecter le manuel et l’intellectuel. Quand je m’installe « à la cheville » – morceau de bois fixé sur l’établi qui sert de support de travail aux bijoutiers et bijoutières-, je suis absorbée par ce travail minutieux… »

« Mes moments préférés sont quand…

  • me vient l’idée d’un nouveau bijou
  • je détoure un motif avec ma scie bocfil
  • je manie le feu du chalumeau et soude des éléments
  • je mets en forme le métal avec mes maillets, triboulets ou dés à emboutir
  • je crée des effets matière pour styliser le bijou
  • mes créations sont aimées, portées, et vivent leur vie ! »